L’Institut du développement territorial de Normandie (IDéT) : dernier né des instituts d’urbanisme et d’aménagement du territoire français

Publié le 29 Septembre 2013

L’Institut du développement territorial de Normandie (IDéT) : dernier né des instituts d’urbanisme et d’aménagement du territoire français

Disposant déjà d’un dense réseau d’instituts d’urbanisme répartis sur l’ensemble du territoire français, les urbanistes peuvent désormais compte sur un vingt-quatrième membre.

Fondé en 2011, l’Institut du développement territorial (IDéT) est rattaché à l’École de management de Normandie (EM Normandie), grande école de commerce principalement installée à Caen et au Havre, mais aussi à Deauville et à Paris.

 

Un nouvel institut rattaché à une école de commerce

Parmi les instituts d’urbanisme et d’aménagement du territoire, il s’agit de la seconde structure rattachée à une école de commerce (après l'Institut des villes et du territoire de l'ESSEC). Traditionnellement, les instituts sont affiliés aux universités, ce qui n’écarte pas toutefois quelques rattachements à des grandes écoles et des grands établissements (écoles d’ingénieurs et instituts d’études politiques).

Selon sa présentation officielle, l’IDéT « […] a été créé en 2011 pour accompagner des projets de territoires. Il est composé de chercheurs expérimentés en urbanisme, aménagement et management public. Il est un centre de formation, de ressources et d’expertise en développement territorial pour le Grand Ouest. Il propose une offre de services dans trois domaines :

  • Formation initiale et/ou continue ;
  • Expertise technique ;
  • Recherche académique et appliquée. »

L’objectif de l’IDéT « […] est de mettre les outils et les méthodes de la recherche académique au service d’une connaissance complexe des territoires. En effet, les innovations territoriales et la capacité de création de projets durables reposent sur des diagnostics fins des réalités territoriales. »

Cette présentation correspond assez bien au triptyque traditionnel des instituts d’urbanisme et d’aménagement du territoire : formation, expertise et recherche.

 

Un institut et un seul diplôme

L’IDéT ne dispose à l’heure actuelle que d’un seul Mastère spécialisé « Développement, innovation et marketing territorial », diplôme d’établissement post-grade de niveau Bac+6, labellisé par la Conférence des grandes écoles (CGE).

L’EM Normandie présente ce diplôme comme une formation menant au métier de « développeur territorial ». Dans le large champ de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire, ce diplôme vise donc une spécialité précise.

Assurée sur le campus de Caen, la formation dure au minimum 12 mois, en formations initiale ou continue. L’offre d’enseignements est assez diversifiée autour du thème du développement territorial (diagnostic, droit, marketing, politiques publiques, etc.).

Le cursus propose également un atelier professionnel sur un cas concret, la réalisation d’un stage obligatoire ou d’une alternance, ainsi que la rédaction d’un mémoire de fin d’études.

 

Un diplôme permettant l’obtention d’un titre inscrit au RNCP

L’autre particularité du Mastère spécialisé « Développement, innovation et marketing territorial » est d’offrir l’accès au titre de « Chargé de développement économique territorial », de niveau I (Bac+5 et plus), inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Ce titre n’est toutefois accessible qu’avec ce diplôme précis en poche. Il ne s’agit donc pas d’une filière professionnelle organisée autour d’un titre accessible à partir d’une liste précise de diplômes.

 

En revanche, l’expérience de l’IDéT démontre plusieurs choses :

  • Le modèle d’institut d’urbanisme et d’aménagement du territoire continue son essor après l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de Rennes (IAUR) et l’Institut d’Auvergne du développement des territoires (IADT), récemment fondés.
  • L’émergence régulière d’instituts d’urbanisme et d’aménagement du territoire confirme la nécessité d’une Conférence des instituts d’urbanisme, capable de fédérer et de mettre en réseau ces structures.
  • L’expérience du rattachement du diplôme à un titre professionnel inscrit au RNCP mérite d’être saluée.

Rédigé par Clm

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article