Six questions pour l’Office professionnel de qualification des urbanistes

Publié le 5 Novembre 2012

 

L’Office professionnel de qualification des urbanistes (OPQU) existe depuis 1998. Il a pour rôle de qualifier les urbanistes en activité professionnelle. Selon les annuaires en ligne disponibles sur le site de l’OPQU, 656 urbanistes sont qualifiés et 72 jeunes urbanistes sont inscrits sur la liste d’aptitude à la qualification d’urbaniste.

 

Ces 728 urbanistes qualifiés ou aptes à la qualification (jeunes ou moins jeunes) représentent selon nos estimations, 3,6% de la population des urbanistes français (évaluée au bas mot à 20000 professionnels en activité). Un bilan plutôt maigre depuis la mise en place de l’Office en 1998 (quatorze ans d’existence), avec un peu plus de cinquante inscriptions/qualifications par an.


Après avoir pris le temps d’analyser les documents de référence de l’OPQU, tous publiés sur son site (annuaire des qualifiés, annuaire des inscrits sur la liste d’aptitude, statuts de l’OPQU, Référentiel métier de l’OPQU, Annexe sur le contenu des formations, etc.), de nombreuses questions subsistent sur les règles de qualification et sur les orientations choisies par l’OPQU :

 

  1. Comment expliquer que sur 656 urbanistes qualifiés, près de la moitié (45%) ne présente aucun diplôme supérieur en urbanisme ? (OPQU, 2012a)
  2. Pourquoi le Conseil national de l’ordre des architectes et l’Ordre des géomètres-experts siègent au Conseil d’administration de l’OPQU ?
  3. Comment expliquer que seuls 11% des urbanistes qualifiés exercent en collectivités, alors qu’ils représentent un tiers de la population française des urbanistes ? (OPQU, 2007, p.35)
  4. Comment expliquer que 52% des urbanistes qualifiés exercent au sein d’un bureau d’études, alors qu’ils représentent un quart de la population française des urbanistes ? (OPQU, 2007, p.36)
  5. Pourquoi 46% des urbanistes qualifiés exercent dans le sud-est et le sud-ouest de la France, alors que la Région d’Île-de-France est le premier employeur d’urbanistes ? (OPQU, 2007, p.37)
  6. Pourquoi aucun audit de l’Office professionnel n’a été réalisé depuis 1998 alors que seuls 3,6% des urbanistes sont qualifiés ou inscrits sur la liste d’aptitude ?

 

L’OPQU présente l’ambition de rendre obligatoire la qualification d’urbaniste dans les documents de planification. Mais la qualification est-elle faite pour les urbanistes ? L’OPQU est-il représentatif des urbanistes français ?

Un audit de l’OPQU et de son fonctionnement serait utile alors que l’office s’apprête à prendre des décisions très importantes pour la profession d’urbaniste.

 

Sources :

OFFICE PROFESSIONNEL DE QUALIFICATION DES URBANISTES, 2012a, Annuaire des urbanistes qualifiés, Toulouse, Office professionnel des qualification des urbanistes, document en ligne (http://www.opqu.org/annuaire_urbanistes2.php)

 

OFFICE PROFESSIONNEL DE QUALIFICATION DES URBANISTES, 2012b, Liste d’aptitude à la qualification d’urbaniste, Toulouse, Office professionnel des qualification des urbanistes, document en ligne (http://www.opqu.org/annuaire_urbaniste_aptitude.php)

 

OFFICE PROFESSIONNEL DE QUALIFICATION DES URBANISTES, 2007, « Annexe 1 : L’analyse détaillée de la population des urbanistes en 2006 », in Le métier d’urbaniste : domaines d’activité, fonctions et compétences, Le Moniteur, pp.35-37 (http://www.opqu.org/upload/opqu_referentiel_urba_204.pdf)

 

COLLECTIF NATIONAL DES JEUNES URBANISTES, 2011, L’insertion professionnelle des jeunes urbanistes : panorama national 2010, Paris, Collectif national des jeunes urbanistes, rapport, 88p. (http://www.jeunes-urbanistes.fr/wp-content/uploads/2011/06/VFrapportinsertpo-1.pdf)

Rédigé par Clm

Repost 0
Commenter cet article