Focus : l’Institut d’Auvergne de développement des territoires (IADT)

Publié le 4 Mars 2013

Dernier né parmi les instituts d’urbanisme et d’aménagement du territoire, l’Institut d’Auvergne de développement des territoires (IADT) a été créé en septembre 2011. Ce groupement d’intérêt public (GIP) rassemble l’ensemble des activités de formation et recherche en urbanisme, aménagement et développement des territoires, mais également en gestion des collectivités locales de plusieurs établissements auvergnats :

 

Un institut nouvelle génération

L’IADT développe des activités de formation (initiale et continue) et fédère les laboratoires de recherche de la région de Clermont-Ferrand. Il est dirigé par un Conseil d’administration et un Conseil d’orientation associant les établissements formateurs ainsi que le Conseil régional d’Auvergne et les Conseils généraux de l’Allier et du Puy-de-Dôme. Son financement est assuré par les établissements membres (fondateurs et associés) et les collectivités locales.

Quatre objectifs guident l’institut :

  • « exploiter les complémentarités qui existent entre les enseignements des différents Masters et des écoles d’ingénieurs tout en conservant la spécificité et la diversité des formations existantes. »
  • « offrir aux étudiants un outil de formation performant exploitant le plus possible les synergies disciplinaires. »
  • « créer un laboratoire d’idées - sur le site clermontois associant l’ensemble des acteurs du site, scientifiques et techniques. »
  • « inscrire le dispositif d’enseignement supérieur en étroite relation avec les besoins et les projets des collectivités territoriales. »
  • « constituer un pôle de compétences multi établissements dans les domaines du développement des territoires au service des collectivités territoriales (assistance technique, réalisation d’études, gestion et exploitation de base de données…). »

 

Il s’agit donc par cette structure d’offrir une meilleure pluridisciplinarité aux étudiants et de mutualiser les moyens académiques et scientifiques autour d’un thème large : « Développement des territoires ».

L’offre de formation de l’Institut d’Auvergne de développement des territoires se décompose sur les trois niveaux Licence et Master ainsi que des modules de formation continue :

  • Licence professionnelle
    • mention « Management des collectivités locales »
    • mention « Management du logement social »
  • Master
    • mention « Droit public »
      • spécialité Droit, économie et gestion des collectivités territoriales
    • mention « Développement des territoires et nouvelles ruralités »
      • spécialité « Stratégies d’aménagement des villes petites et moyennes et de leurs territoires »
      • spécialité « Dynamique territorial et aménagement rural »
      • spécialité « Tourisme et valorisation des territoires »
      • spécialité « Territoires, acteurs, modélisation »

 

Les diplômes de l’IADT forment aussi bien des gestionnaires que des urbanistes, notamment pour les collectivités locales. Ils peuvent également mener vers un Doctorat (Sections 02 « Droit public », 23 « Géographie physique, humaine, économique et régionale » et 24 « Aménagement de l’espace, urbanisme » principalement).

L’institut est aussi un lieu de formation continue, notamment pour les élus, sur la gestion des collectivités locales (pour commencer) : Analyse financière rétrospective et prospective ; Compréhension des comptes administratifs ; Analyse de l’endettement ; BA.BA des marchés publics ; La commande publique.

 

Un institut d’urbanisme ?

En fédérant les savoir-faire de deux écoles d’ingénieurs en agronomie, d’une école de droit et d’un département de géographie autour des questions territoriales, l’Institut auvergnat de développement des territoires prend les traits d’un institut d’urbanisme.

Toutefois, l’IADT développe plus spécifiquement des compétences de formation et recherche sur l’espaces ruraux, péri-urbains et les petites et moyennes agglomérations et pas seulement en urbanisme et aménagement du territoire, mais également en droit, économie et gestion des collectivités locales. Sa mission est donc un peu plus large que les autres instituts d’urbanisme français.

Avec la création de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de Rennes (IAUR) en 2010, l’offre de formation en urbanisme et aménagement du territoire continue de se structurer et gagne en lisibilité auprès des candidats et employeurs potentiels.

Des terreaux similaires au contexte clermontois existent à Montpellier, Strasbourg ou Toulouse. Ils pourraient donner naissances à des instituts sous des formes juridiques rénovées (Groupement d’intérêt public, Groupement d’intérêt scientifique, Réseau thématique de recherche avancée, Fondation de coopération scientifique, etc.).

En Île-de-France, l’Institut français d’urbanisme et l’Institut d’urbanisme de Paris se rapprocheront l’année prochaine pour créer l’École d’urbanisme de Paris.

La renaissance des instituts d’urbanisme en France ? Affaire à suivre.

Rédigé par Clm

Repost 0
Commenter cet article